:: Aziel :: Zandor :: ✦ Les résidences Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

that was deadly ( ft. mahi | six mois auparavant )

(#) that was deadly ( ft. mahi | six mois auparavant )
03.09.18 17:23


c'était mortel
c'était mortel
c'était mortel

la clé dans la serrure, une journée qui se termine tout aussi tranquillement qu'elle avait commencé - à peu de choses près. un léger mouvement dans son champ de vision, et c'est prestement que les doigt de la jolie fleuriste se referme discrètement mais fermement sur la dague sous son pull. cependant, bien loin d'une quelconque menace, c'est un petit animal qui apparaît au détour de la rue.
son corps se détend subtilement et elle s'attendrit devant le feliki.
sous son collier, un détail intrigant. une missive. dans cette missive, quelques mots, expéditifs, écrit à l'encre carmin - ce même carmin qui éclairera un bref instant les pupilles de la jeune femme. ses doigts craquent dans un geste répété mille fois. il est temps, il est l'heure. le félin s'éloigne avec nonchalance, et un homme, assis à un bar quelque part dans zandor, ne se doute pas une seule seconde que sa vie prendra fin bien plus vite que prévu.

il lui faudra cependant choisir son moment. la patience est mère parmi les vertus que peut prétendre posséder un assassin. et c'était une des règles les plus importantes de son père.

« ne te précipite pas, choisis ton moment, si tu es assez maline, personne ne t'auras jamais. »

elle saisissait à chaque fois un peu plus pourquoi...

il fait nuit maintenant.
noire.
le ciel s'éclaire à peine de quelques étoiles, le reste est couvert par une lourde chape de nuage - au loin on distingue le bruit lent et répétitif des vagues qui s'écrasent sur la côte.
il est bientôt l'heure, la lumière est différente. c'est ce qu'elle attendait. un petit frémissement de lèvres, elle s'insère comme une ombre entre deux bâtiments. son corps tout entier se fond dans le décor, seul subsiste ses pupilles dorées dont l'éclat est encore perceptible. grimper au second est un jeu d'enfant.
la fenêtre s'ouvre en quelques secondes, il ne l'a pas fermé - un oubli malencontreux.
elle esquisse un sourire derrière son masque, amusée par l'idiotie dont peuvent faire preuve les êtres humains parfois.
elle se coule jusqu'au salon d'où s'échappe de longs et gutturales ronflements.
voilà plusieurs jours qu'elle l'observe. ancien soldat, il bien perdu de sa superbe depuis sa désertion. book maker minable, un tout petit poisson dans la mare. il ne se réveillera pas, bien trop assommé par l'alcool qu'il engloutit en hectolitre depuis le début de sa journée.

salome se déplace jusqu'à le surplomber, en l'observant du coin de l’œil, elle se dit qu'il est bien laid et s'interroge sur les choses qu'ils auraient bien pu entendre pour qu'on puisse vouloir sa mort. mais peu importe.

un geste vif, précis sous le menton et il a à peine le temps d'ouvrir les yeux que sa vie s'achève dans un borborygme pathétique, du sang plein la gorge et le nez. elle sort un œillet de sous son capuchon et le lui dépose entre les mains, avec une petite carte blanche où apparaît un seul œil, sans paupière, glaçant.

« monsieur sprigan, je vous souhaite une bonne nuit. » dit-elle, la bouche pleine d'ironie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


(#) Re: that was deadly ( ft. mahi | six mois auparavant )
05.09.18 18:26

Invité
la traque n'aurait été que bien trop courte à son goût ; habituellement, les déserteurs prenaient soin de se faire oublier, de s'effacer du paysage blessé d'Aziel. mais pas lui.
un homme idiot à n'en point douter, rien d'un vrai patriote pas plus que de quelqu'un se souciant de la sécurité — du moins c'était ce qu'on lui avait dit. parce qu'elle ne se chargeait pas de se faire un avis sur ceux qu'elle devait retrouver, refusant le rôle de juge et lui préférant celui de bourreau. et c'était une fin brève et sans accrocs qu'elle promettait à la plupart d'entre eux, probablement bien plus clémente qu'on le penserait. En ces temps de paix après tout, il ne fait pas bon vivre d'être un traître aux yeux de sa patrie.

une fois trouvé, ça n'avait été l'histoire que d'observer ses habitudes sans vraiment y mettre trop d'efforts — elle était lasse, lasse de voir ce que les gens comme lui devenaient. et dire qu'elle leur avait assuré une vie tranquille sans craindre de la guerre, elle et ses compagnons de l'ordre. c'était une colère sourde qu'elle ne s'exprimait pas, des émotions contradictoires qui se faisaient bien trop dérangeantes à son goût. suffisamment pour qu'elle les enterre sans un mot, bâclant à demi sa mission. cela lui arrivait parfois, elle qui pourtant se montrait toujours méticuleuse et propre dans son travail. il arrivait que cette colère sourde qui sans cesse bouillait et menaçait de répandre vienne la trahir, cette rancœur sans destinataire dont elle ne savait que faire.

et ce soir était de ces soirs-là où rien ne se passait comme prévus.

la fenêtre s'était présentée à elle comme une évidence — et déjà ouverte. de quoi attiser sa méfiance sans pour autant suffisamment l'alerter. sans un bruit, elle s'était glissée à l'intérieur, petite silhouette tout de noir vêtue et encapuchonnée. pas un bruit alors que le cuir de ses bottes s'échouait sur les tapis, pas un mouvement de trop.

il y avait déjà quelqu'un.

pas uniquement sa cible, oh non. c'était un imprévu à la dague tranchante. retenant son souffle, elle n'avait pas bougé de l'encadrement de la porte, grandes prunelles améthystes scrutant le geste bref et précis avec une curiosité certaine. et la voix de l'inconnue (impossible à confondre avec un homme) tout à coup la saisit, son attention alors bien plus accrochée à cette personne qu'à ses gestes.

s'en aller sans attendre était une option qu'elle considéra l'espace d'un instant, avant de se raviser. l'attaquer serait superflu, une perte de temps — elle lui avait épargné un geste qu'elle-même n'appréciait que très peu exécuter.

un soupire fila alors. « les déserteurs ont la vie dure, décidément. » ça avait filé d'un ton qui aurait pu laisser supposer un rire silencieux, mais qui n'était nullement reflété sur ses lèvres. mahidevran ne se sentait pas en danger — pas par excès de confiance en elle, oh non. mais personne ne serait assez fou pour tenter d'attaquer le genre de personne qu'elle était.
that was deadly
Revenir en haut Aller en bas
(#) Re: that was deadly ( ft. mahi | six mois auparavant )
05.09.18 19:25


c'était mortel
c'était mortel
c'était mortel


salome essuie sa lame sur son pantalon, et l'arme disparaît à l'intérieur de sa manche. ses pensées sont déjà accaparées par la suite, le lendemain, et son voyage de retour dans sa petite boutique de fleurs. cependant, ses rêveries s'interrompent soudainement. elle lève les yeux, surprise d'entendre une voix féminine là où il ne devrait y avoir aucun autre son que celui de la nuit. ses pupilles se fixent sur l'inconnue, sans ciller. elle esquisse un sourire qui ne se trahit que par les petits sillons qu'il creuse au coin de ses yeux rieurs. une jolie belle-de-nuit, se fait-elle la réflexion. peut-être devrait elle en cultiver dans l'arrière-boutique, pour le plaisir de les voir fleurir à lueur de la lune.

salome s'incline avec une certaine élégance en guise de salutations.

« il semblerait en effet, que monsieur sprigan ici présent accumulait les... défauts. »

en se redressant, elle analyse la situation. la distance est acceptable, elle ne prendra certainement pas le risque de se rapprocher. pas plus que la belle-de-nuit ne semble vouloir venir l'étreindre. la fenêtre claque une fois dans la pièce voisine.
il n'y a pas d'animosité dans ses mots, elle ne semble pas être contrariée par la situation. cependant, salome se méfie - et à juste titre.
cependant, elle prend la décision de jouer cette partie et glisse de côté pour venir s'appuyer contre l'accoudoir où gît solennellement le macchabée, dont le sang tâche désormais une bonne partie du sol et du tapis qui est posé.

elle ajoute sur un ton amusé :

« si je vous ai coupé l'herbe sous le pied, je m'excuse. »

sa voix est légèrement étouffée par le masque qu'elle porte. elle respire doucement - son cœur bat vite. si il faut partir, elle sera bien plus leste que n'importe qui pourrait l'imaginer. mais une part d'elle est fébrile à l'idée de converser avec une créature mortelle de la même veine qu'elle-même.

parce que dans ce cas-ci, pas de rôle à jouer, prise sur le fait, elle est elle telle qu'elle a été faite.
étonnante satisfaction.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


(#) Re: that was deadly ( ft. mahi | six mois auparavant )
07.09.18 22:14

Invité
la surprise était mutuelle, quoi qu'accueillie avec élégance par celle qui semblait définitivement l'avoir devancée. une erreur de calcul surement, un manque d'attention alors qu'elle aurait du le surveiller plus étroitement. qu'importe la raison cependant, il était trop tard pour s'y pencher, car le méfait était accompli — avec efficacité.

un semblant de courbette lui tira presque un haussement surpris, qui se mua très vite en un hochement de tête, histoire de lui rendre la politesse. et elle continuait de l'observer, parfaitement consciente qu'elle en faisait de même, évaluant les risques et les échappatoires possibles ; les assassins étaient des êtres usuellement difficiles à saisir, et il y avait fort à parier que la mystérieuse inconnue était de ces ombres insaisissables elle aussi.

« une fin sans gloire parfaitement méritée, il semblerait. » c'était là tout ce que les gens comme lui pouvaient espérés : une mort impunie et rapidement oubliée, tout comme leur existence.
et justement, le tableau était aussi pitoyable que la victime, le sang s'assombrissant à mesure que les minutes défilaient — le tapis devrait surement être jeté, le sol frotté avec hargne. quant au corps, ça n'était pas de son ressort pas plus que de celle qui se tenait là, avec tant de naturel que ça en aurait pu être troublant.

elle est plus vive qu'elle-même le serait après avoir passé à l'acte, réservant les démonstrations d'amusement pour les chasses rondement menées. quelque chose chez cette femme l'intriguait : pourquoi était-elle encore là, pourquoi ne fuyait-elle pas? c'était une situation comme aucune autre, de quoi retarder son propre départ.
« ce n'est rien. seul le résultat importe. » si son interlocutrice affichait un certain amusement, Mahidevran, elle, n'avait rien d'autre que de l'indifférence à lui offrir, ses prunelles finissant par quitter le cadavre encore frais pour revenir sur la silhouette de celle dont elle ne demanderait même pas le nom.

que dire de plus? elle n'allait pas l'inviter à la taverne la plus proche, tout de même? pas vraiment son genre, et la confiance n'avait pas sa place ici malgré l'absence d'animosité ou de danger réellement palpable. « contrat ou vendetta personnelle? » sa curiosité avait pris un tournant bien plus morbide tout à coup, alors qu'elle se gardait de vraiment bouger, balançant tout juste son poids sur un pied puis l'autre, les traits de son minois toujours obscurcis par sa capuche.

et dans un couloir, à quelques pas de là, il y eu du bruit.
that was deadly
Revenir en haut Aller en bas
(#) Re: that was deadly ( ft. mahi | six mois auparavant )
09.09.18 19:52


c'était mortel
c'était mortel
c'était mortel



il était étonnant de voir que de la situation naissait un dialogue. bien que l'endroit et l'heure ne s'y prêtaient pas tant que ça - ou si ? qui peut juger de la pertinence de cet instant ?
certainement pas salome pour qui la vie n'est souvent faite que de deux moments distincts, celui où elle s'ennuie et celui où elle ne s'ennuie pas.
or, il lui semblait évident qu'ici elle se trouvait dans le second cas de figure - et il était pour elle très compliqué de se défaire de son engouement soudain, tant qu'il gardait son esprit éveillé. il était fort probable que ce penchant pour ce qu'elle jugeait intéressant ou amusant lui nuirait un jour.
mais nous n'en sommes pas encore là, et elle s'appuie plus confortablement contre le siège à l'aide de son bras. ses yeux s'éclaire d'une lueur fugace et elle prend le temps de répondre.

« question pertinente. » dit-elle en faisant claquer sa langue. « facile d'y répondre en y réfléchissant un peu et à vrai dire je doute fort que vous n'ayez pas vous-même ne serait-ce qu'un petit doute sur la question. »

elle sourit. les inflexions de sa voix ne laissent aucun doute sur le fait qu'elle le fait de façon presque continuelle. un ange passe.
elle se redresse finalement et fait un pas de côté pour contourner la grosse flaque qui a maintenant pris des teintes plus proches du noir que du rouge. la jeune femme émet un petit son de dégoût quand soudain retentit un bruit inattendu. pas assourdissant mais bel et bien présent.
ses yeux vont un bref instant vers la porte, mais rien de plus ne se produit dans la minute qui suit.
reportant son attention sur son interlocutrice, elle continue d'une voix douce.

« et je peux supposer que vous-même avez plus ou moins la même raison que moi d'être ici. vous avez l'air beaucoup trop jolie et maline pour laisser un individu comme ce regretté monsieur sprigan vous causez un tort assez important pour que vous vouliez sa mort. »

son père lui avait maintes fois dit que son goût pour l'insolence lui coûterait probablement quelque chose un jour. mais elle avait peine à lutter contre sa nature joueuse lorsqu'elle trouvait un partenaire - consentant ou non d'ailleurs.

elle fit un pas de côté de nouveau, irrésistiblement attirée par l'idée de voir la belle-de-nuit de plus près.
cependant, il lui restait tout de même une bonne base d'instinct, de principe et de bon sens pour qu'elle ne tente pas plus d'avancer.

le bruit reprit.
et elle comprit qu'il provenait de la porte d'entrée, au rez-de-chaussée. quelqu'un toquait.
oops.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


(#) Re: that was deadly ( ft. mahi | six mois auparavant )

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum



Sauter vers:
 :: Aziel :: Zandor :: ✦ Les résidences Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas